Store "Fenêtre sur l'Utopie":

Voici les images qui composaient l'installation présentée au festival "Paradize Now" de l'Imprimerie Ephémère :

(clic sur les images pour les agrandir)

 

 

 

paradize now-image 2-10x15-web-sRGB

 

 

 

paradize now-photo1-15x10-web-sRGB

 

 

 3-paradize-now-final-aplati-net-10x15-web-sRGB

 

 


 

 

 

 

 
 


 

 

Paradise now
      2,3,4 Novembre 2102
 2ème édition du FESTIVAL DE L'éphémère imprimerie


   A Anderlecht, au 40, rue de l'Orphelinat, le collectif les Alices occupe depuis février une imprimerie des années 70, gigantesque, vide et vivante, avec des espaces très variés, certains démesurés, d'autres juste surprenants, tous emplis des traces du passé, ruines, meubles, dossiers, livres, papiers...

Une salle d'environ 3000m2, des bureaux, un jardin intérieur, des ruines végétalisées, un petit bois, des caves, la maison du directeur...sont désormais devenus notre ville dans la ville, un îlot d'utopie aux airs de campagne lointaine, un espace-temps où bien des choses sont possibles. D'autres artistes sont venus nous rejoindre: le Benito Band, le Delirium Lumens, Stéfan Piat. Mais le paradis est éphémère et les pelleteuses sont irréversiblement affamées des lieux où tout est possible : la belle imprimerie est malheureusement condamnée à la destruction... en Novembre.

Les 2, 3 et 4 Novembre 2012 nous organisons une deuxième édition du festival de l'imprimerie éphémère sur le thème des utopies et des dystopies.

La proposition est naturellement venue de l'immensité de l'espace disponible, sa diversité et son caractère éphémère face à un projet immobilier présenté comme un certain idéal: le complexe s'appellera Les jardins d’Orphée. Les travaux de démolition commencent en Novembre, l'entreprise qui s'éteint avec le lieu existait depuis le 18ème siècle. Ce fut à une époque l'imprimerie du Roi, elle a notamment publiée l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert et la constitution de la Belgique.

L'occasion était trop belle d'organiser une seconde édition du festival de l'imprimerie éphémère. Paradise now souhaite s'affirmer autour de la question de l'utopie. Que signifie l'utopie à l'heure où le type de société dans laquelle nous vivons peut-être sérieusement remis en question. Est-il encore temps de rêver, d'inventer? Tout nous affirme que non, que l'ordre établi est immuable, intransigeant...Et si ils étaient aujourd'hui nécessaires ces rêves?

Une longue fête de trois jours sur la possibilité d'imaginer, sur Zamiatine, Huxley, Orwell, Tarkovski...., sur l'avenir de l'imprimerie destinée à devenir le jardin qu'Orphée n'a jamais eu, sur l'avenir de la femme, de l'homme et du chien pédigrée, sur les volutes bleues des soirs où l'on refait le monde, sur la dystopie inhérente à l'argent, l'architecture, l'utopie amoureuse, le corps utopique, l'hétérotopie, et l'image du paradis...

Nous invitons les artistes et les autres, qui souhaitent participer au festival et dont le travail peut avoir un rapport au thème à nous envoyer une présentation de leur proposition s'inscrivant dans le thème du festival dans le courant du mois de septembre, maximum avant le 10 octobre.

Arts visuels, performances, scènes, conférences, vidéos, musique, cuisine, architecture...Beaucoup de choses sont possibles...

L'imprimerie s'inscrit dans un processus de création in situ, les artistes et les autres sont invités à venir créer sur place, mettre en place un ensemble aux airs... d'utopie.


+ d'infos : collectif les Alices